Retour à l’accueil, ou retour à la tête de chapitre

Edel4 LauBen :: les peintures, apprêts, et autres choses du même acabit.

État des lieus

LauBen est un bateau en polyester, fabriqué en 1976. Ce polyester est isolé du milieu extérieur par du gelcoat, en particulièrement bon état pour un bateau de cet age. Une quille en fonte (rouillée) est fixée sous le bateau, quille dans laquelle on trouve une dérive en acier, dérive corrodée, oxydée au point d’être bloquée dans le puit. Un chapitre porte spécifiquement de ce problème.

Comme beaucoup de bateau, LauBen a reçu quelques couches d’antifouling dans ses vies antérieures. Des chocs sont présents, un peu partout, à babord, au dessus du liston en particulier. Des faïençages sont visibles en de multiples endroits; certes, peu profonds.

Objectifs

Naviguer !

Naviguer, sans attendre des années, en réalisant les travaux nécessaires, sans mettre en cause la pérennité du bateau

Il faut donc soigner les blessures de la coque, rendre la dérive fonctionelle, faire que l’ensemble soit propre, présentable, pardonne les erreurs, immanquables, qui vont être commises pendant la réfection. Bref, que l’état après réfection n’autorise pas le temps et les éléments à avoir prise sur le bateau plus que de raison.

Stratégie :

  1. nettoyer,
  2. réparer,
  3. étancher,
  4. embellir.

L’embellissement est une notion subjective. Cette phase sera réduite à retrouver au bateau une propreté acceptable.

Tactique

Nettoyage

Le ponton habitable du club dispose, à proximité de la grue, d’un robinet d’eau muni d’un filetage standard et courant. Moyennant de rabouter le tuyau d’arrosage du club et celui de la maison, nous pouvons laver le bateau au nettoyeur haute pression. Pas si haute que ça, la pression, car le nettoyeur est de premier prix.

Le nettoyeur mouille le bateau, puis, à l’aide de balais brosse, de lessive saint marc ®, on chasse la saleté dans les recoins.

De l’acide oxalique, plus communément appelé «sel d’oseille», est dilué dans de l’eau chaude, dans la proportion trés précise de à peu prés 1 pour 5, 1 pour 10. Cette solution est appliqué sur la coque, le pont, partout où l’on cherche à désincruster la saleté. Il parait que c’est également efficace sur les voiles, le teck, etc, mais je n’ai jamais essayé. Pour l'application, j'utilise une brosse à colle pour tapisserie, mais un grosse éponge devrait tout aussi bien faire l’affaire.

Bien, bien, bien rincer, l’acide oxalique a vraiment des bras très musclés, il va s’accrocher et laisser des traces aussi blanchâtres que disgracieuses. Les balais brosse et autres brosses à pont sont loin d’être inutiles.

Les équipements en inox, les winchs, les boiseries, bref tout ce qui dépasse, est enlevé, afin de faciliter les opérations. Les inox, pollués par des particules métalliques tout au long de leur vie, seront vigoureusement brossés, par exemple par une brosse rotative ou un disque abrasif, montés sur une perceuse.
Mais la brosse ne doit pas être métallique !
Après avoir débarassé l’inox de son oxydation superficielle (de surface), je traque cette oxydation dans les recoins avec de l’acide phosphorique. L’acide est appliqué au pinceau, puis, au bout de 12, 24, voir 36 heures, il convient de bien rincer.
Afin de retarder l’apparition de nouvelles traces, un produit tel le Wichinox, ou tout autre passivant, est passé sur les pièces en inox.

Réparation

Etancher, peindre

Choix du système de peinture

Décaper, poncer

Embellir

Bienvenue Plan du site Contacts
Valid XHTML 1.0 Strict